Français English
Vous êtes ici : Documentation » Textes et Lois

Textes et Lois

Effondrement de la route au PK 68 de la Route Yaoundé-Douala. Quid des mesures prises

Posté le : oct. 27, 2016, Par : Hannah - Dans : Actualités

La contractualisation en cours du groupement Routd’Af-Sogea Satom a permis une mobilisation rapide sur la zone de rupture dès la survenue de l’incident et plus tard, le samedi 22 octobre à 12h 50, de rétablir la circulation.

Après l'effondrement de la route au point kilométrique 68 de la Nationale N°3, au regard de la topographie de la zone du sinistre, il fallait nécessairement construire un ouvrage provisoire sur le point de rupture pour rétablir la circulation et assurer le mouvement des biens et des personnes dans un temps très court. La solution rapide approuvée par le Ministère des Travaux publics a été « l'enjambement » du cours d'eau par un dispositif simple, efficace et approprié. Pour ce faire, la technologie très simple mise en oeuvre était la pose d'un caisson résistant et suffisamment long pour garantir les 7 m de large circulable dans les deux sens, avec si possible, une réserve de sécurité sous forme d'accotement. C'est ainsi que le choix d'un conteneur de 40 pieds ouvert par les deux extrémités, sous forme de caisson horizontal, a été adopté. Pour la pose du conteneur, les éléments de buse déformés ont été soigneusement enlevés et remplacés par un enrochement en moellons qui sont de gros blocs rocheux dont le diamètre moyen est supérieur à 20 cm. La surface de ce tapis d'enrochement a été régalée à l'aide d'un tout venant de concassage de diamètre compris entre 0 et 100 mm, offrant ainsi une assise plane et équilibrée pour la pose du conteneur.

Au regard de l'insuffisance de la rigidité du conteneur, il a donc été préconisé de l'isoler et de le protéger contre les charges dynamiques et cycliques par un recouvrement en platelage métallique avec des poutrelles de 30 et de 50 mises en quinconce et rejointoyées, reposant sur des remblais en grave concassées 0/100 mm suffisamment compacté et servant de culée et en même  d'appui du platelage métallique. Le dessus du platelage métallique a été recouvert par une grave concassée de 0/100 et de 0/31,5, convenablement compactée, permettant ainsi le passage sans gêne des véhicules et des piétons.

La solution de réparation durable consiste en la construction d'un ouvrage hydraulique en béton armé. Au regard de l'étendue du lit majeur en amont et du débit transitant par l'ouvrage,  il faudra construire un dalot simple ou double. Le choix du type de dalot sera guidé par les études hydrologiques, c'est-à-dire l'analyse du bassin versant et la quantité d'eau collectée pouvant transiter par l'ouvrage en temps de pluviométrie normale ou exceptionnelle. En outre, il est nécessaire de réaliser à minima des études géotechniques et topographiques, d'une part, pour l'analyse du comportement mécanique du sol de fondation en place, sa perméabilité afin de mieux dimensionner l'ouvrage, et d'autre part, pour la bonne appréciation des profils en travers et en long du cours d'eau en vue de l'implantation convenable de l'ouvrage. Cependant, avant la construction de l'ouvrage définitif, l’aménagement d’une déviation est en cours. Il s’agit d’un passage provisoire mais sécurisé que devront emprunter les véhicules et les piétons pendant la phase de construction de l'ouvrage définitif. Un ouvrage provisoire sera également construit sur la déviation, de la même manière que le système ayant permis le rétablissement de la circulation après la rupture de la route.

Plus de contenus dans Actualités